Que ce soit dans le cercle familial, au travail ou dans une relation amoureuse, vous avez seulement 2 à 3% de chances (ou plutôt de malchance) de vous retrouver face à un MPN. Pourtant, leur emprise peut s’avérer très destructrice. Mais qui sont-ils ? Comment les repérer et comment sortir de leur emprise ? 

Cet article parlera des manipulateurs pervers principalement dans le cadre de la relation amoureuse. Le terme « manipulateur » sera utilisé au masculin mais il concerne aussi bien les hommes que les femmes. 

Qu’est-ce qu’un MPN ? 

C’est une personne atteinte de trouble de la personnalité narcissique. Le MPN a une image dévalorisée de sa propre personne, aussi, pour se valoriser, il rabaisse sa victime. En lui prenant toute son énergie, son temps, en l’isolant… Tout cela de manière insidieuse. En effet, le MPN a beau être toxique, il ne le montre pas dès le départ ! Donc, non, il ne s’en prend pas à des personnalités faibles voire masos, car justement, il a besoin de puiser leur force et leur énergie ! 

Au début, il se montre flatteur, séducteur, parfait ! Vous avez l’impression que vous avez trouvé votre âme soeur car il est « exactement comme vous ! » (forcément, s’il se calque sur vous…). Mais méfiez-vous, cette phase ne dure qu’un temps. Elle laisse ensuite place à un sentiment de malaise. Cet être aimé et si merveilleux devient critique, culpabilisant, humiliant même. Encore une fois, ça ne se passe pas du jour au lendemain et ce n’est pas toujours évident à percevoir. Certaines personnes ne s’en rendent compte qu’après des années ! 

Quelles sont les caractéristiques d’un MPN ? 

Isabelle Nazare-Aga, dans son livre « Les manipulateurs sont parmi nous », énumère une liste de 30 caractéristiques. Il faudrait en cocher 14 pour que la personne sur laquelle vous avez des doutes, puisse être un potentiel MPN. 

  1. Il culpabilise les autres au nom du lien familial, de l’amitié, de l’amour, de la conscience professionnelle.
  2. Il reporte sa responsabilité sur les autres, ou se démet des siennes.
  3. Il ne communique pas clairement ses demandes, ses besoins, ses sentiments et opinions.
  4. Il répond très souvent de façon floue.
  5. Il change ses opinions, ses comportements, ses sentiments selon les personnes ou les situations.
  6. Il invoque des raisons logiques pour déguiser ses demandes.
  7. Il fait croire aux autres qu’ils doivent être parfaits, qu’ils ne doivent jamais changer d’avis, qu’ils doivent tout savoir et répondre immédiatement aux demandes et questions.
  8. Il met en doute les qualités, la compétence, la personnalité des autres : il critique sans en avoir l’air, dévalorise et juge.
  9. Il fait faire ses messages par autrui.
  10. Il sème la zizanie et crée la suspicion, divise pour mieux régner.
  11. Il sait se placer en victime pour qu’on le plaigne.
  12. Il ignore les demandes même s’il dit s’en occuper.
  13. Il utilise les principes moraux des autres pour assouvir ses besoins.
  14. Il menace de façon déguisée, ou pratique un chantage ouvert.
  15. Il change carrément de sujet au cours d’une conversation.
  16. Il évite ou s’échappe de l’entretien, de la réunion.
  17. Il mise sur l’ignorance des autres et fait croire en sa supériorité.
  18. Il ment.
  19. Il prêche le faux pour savoir le vrai.
  20. Il est égocentrique.
  21. Il peut être jaloux.
  22. Il ne supporte pas la critique et nie les évidences.
  23. Il ne tient pas compte des droits, des besoins et des désirs des autres.
  24. Il utilise souvent le dernier moment pour ordonner ou faire agir autrui.
  25. Son discours paraît logique ou cohérent alors que ses attitudes répondent au schéma opposé.
  26. Il flatte pour vous plaire, fait des cadeaux, se met soudain aux petits soins pour vous.
  27. Il produit un sentiment de malaise ou de non-liberté.
  28. Il est parfaitement efficace pour atteindre ses propres buts mais aux dépens d’autrui.
  29. Il nous fait faire des choses que nous n’aurions probablement pas fait de notre propre gré.
  30. Il fait constamment l’objet des conversations, même quand il n’est pas là.

Peuvent-ils changer ? 

Etant donné que le MPN ne se considère pas comme tel, il est difficile, voire impossible qu’il change. Il ne se remet jamais en question et ne ressent aucune culpabilité pour le mal qu’il fait aux autres. 

Sortir de l’emprise d’un MPN

Les victimes de MPN pensent qu’avec le temps cela va s’arranger. C’est faux. Par définition, ce sont des manipulateurs. Ils ne tiennent pas leurs promesses. 

Toutefois, le MPN a du pouvoir sur sa victime uniquement tant qu’elle leur en accorde. Le jour où la victime décide de couper le lien, l’emprise s’arrête. 

Attention, quand cela fait des années que ce lien existe, il faut bien préparer le départ, ne pas se décider sur un coup de tête et surtout, tant que ce n’est pas complètement décidé, ne rien dire !

Cela demande de la détermination, du courage, parfois un déclic. Une aide thérapeutique professionnelle pour pouvoir faire le point peut parfois être très bénéfique. 

Il est également très important de se ressourcer, après la séparation mais aussi AVANT pour récupérer un peu de l’énergie que le MPN a prise durant toutes ces années. 

Après la rupture, les victimes réalisent d’autant plus qu’elles ont été manipulées et qu’elles ne se reconnaissaient pas dans cette relation. Il faut prendre le temps de se reconstruire, de faire attention à ses besoins. C’est un nouveau départ.